top of page

Marcher à la suite du bon Pasteur

Édito du dimanche 30 avril

par le curé, le père Jacques de Longeaux

pour les Clés, feuille d'information paroissiale


Marcher à la suite du bon Pasteur


L’Église est le peuple de Dieu en marche vers la plénitude du Royaume. Elle reconnaît, au milieu de tant de voix qui la sollicitent en tous sens, celle du bon Pasteur qui lui indique le bon chemin.

C’est parce que l’Église terrestre est en marche, qu’elle a besoin d’un pasteur. Si elle avait déjà touché le but, ce serait inutile. Mais ce n’est pas le cas. Sur terre, l’Église tend vers la plénitude du Royaume, vers la sainteté de chacun de ses membres et vers la parfaite communion entre eux. Elle n’y est pas encore. Elle est en marche vers un accomplissement, vers une joie qui ne sont pas encore réalisés. L’Église est en chemin : Église pèlerine, Église en marche vers sa patrie, Église toujours tentée de s’installer confortablement dans ce monde et que Dieu se charge sans cesse de remettre en route.

Si l’Eglise a besoin d’un pasteur, c’est aussi que la route à prendre n’est pas évidente : elle est étroite la porte, il est resserré le chemin qui conduit à la vie ; et ils sont peu nombreux ceux qui le trouvent (Mt 7, 14). Le bon Pasteur fait passer par cette porte étroite, il conduit sur ce chemin resserré qui seul donne la vie. Sans lui, l’Eglise se précipiterait sur la « voie large » des passions humaines : pouvoir, richesse. Ce serait sa perte.

Jésus est le Pasteur de l’Eglise. L’Esprit Saint est donné à l’Eglise pour qu’elle reconnaisse sa voix, la comprenne et la mette en pratique. Le Bon Pasteur guide l’Eglise jusqu’à la maison du Père.

La charge pastorale du Christ s’exerce, entre autres, par les pasteurs établis à la tête de l’Eglise universelle (le pape), des églises particulières (les évêques), des communautés au sein des églises particulières (les prêtres, collaborateurs des évêques). La démarche synodale actuellement en cours rappelle que cette charge pastorale s’exerce en étant à l’écoute de tous les baptisés, puisque l’Esprit Saint est donné à tous.

Dans de vastes régions du monde, en particulier dans notre pays, la raréfaction des vocations sacerdotales est un souci majeur. Pourtant le Christ continue à appeler. Mais cet appel semble bien souvent étouffé. Les révélations sur les abus commis par quelques prêtres et le silence qui les a entourés contribuent à détourner de s’engager sur cette voie. Pourtant je peux témoigner, et mes frères prêtres avec moi, combien notre vie est riche, profonde, heureuse, pleine de sens. Comme les apôtres au bord du lac, nous avons entendu l’appel du Christ à tout quitter pour le suivre, et, comme il l’a promis, nous recevons au centuple (Mt 19, 29). Nous sommes portés par la foi de la communauté que nous servons.

Oui, prions pour les prêtres et les séminaristes issus de la paroisse. Prions pour que d’autres encore entendent l’appel et y répondent.

P. Jacques de Longeaux

Textes du dimanche



Comments


bottom of page