top of page

Maintenant que nous sommes réconciliés 

Édito du dimanche 18 juin

par le père Grégoire Froissart

pour les Clés, feuille d'information paroissiale


Maintenant que nous sommes réconciliés


Après le temps pascal et les solennités qui lui sont ajoutées (Sainte Trinité, Saint-Sacrement, Sacré-Cœur), nous renouons ce dimanche avec le fil du temps « ordinaire » et sa couleur verte. La liturgie utilise cette couleur, qui est celle de la vie selon sa plus simple expression, pour nous aider à comprendre par analogie la forme la plus haute de la vie : la vie chrétienne, dont l’apôtre Jean nous dit que la grâce de Dieu est sa « semence » (1Jn 3,9).

L’Évangile de ce dimanche utilise la même comparaison de la vie végétale, en enseignant que « la moisson est abondante ». Cette moisson parvenue à maturité désigne l’œuvre du salut célébrée pendant le temps pascal, où nous avons été invités à faire l’expérience de la grâce de Dieu. Dans le temps ordinaire, nous devons maintenant apprendre à être les « ouvriers » de cette moisson, cultivant et récoltant les fruits de l’œuvre du salut.

Saint Paul expose clairement ce qui est signifié par les images du texte évangélique. La mort et la résurrection du Christ sont le signe que l’amour de Dieu est tel qu’il va jusqu’à pardonner nos péchés : la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs (Rm 5,8). Ceux qui ont fait l’expérience de la miséricorde de Dieu savent qu’ils peuvent compter sur son aide pour faire chaque jour sa volonté et parvenir ainsi jusqu’à la vie éternelle : si nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils alors que nous étions ses ennemis, à plus forte raison, maintenant que nous sommes réconciliés, serons-nous sauvés en ayant part à sa vie (Rm 5,10).

Écoutons enfin comment, dans le livre de l’Exode, Dieu a enseigné cette même grande vérité de notre foi aux fils d’Israël : vous avez vu […] comment je vous ai portés comme sur les ailes d’un aigle et vous ai amenés jusqu’à moi. Maintenant donc, si vous écoutez ma voix et gardez mon alliance, vous serez mon domaine particulier (Ex 19, 4-5).

P. Grégoire Froissart

Textes du dimanche



bottom of page